AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Émile Costigan, garçon perdu.

Aller en bas 
AuteurMessage
Émile Costigan
5ème année à Poufsouffle
5ème année à Poufsouffle
Émile Costigan

Nombre de messages : 27
Message Perso : : Qu'est-ce 'tu regardes?
Date d'inscription : 15/06/2007

Carte d'identité du Personnage
Poste: Elève Poufsouffle.
Camp: à vrai dire, s'en fiche pas mal pour l'instant...
Émile Costigan, garçon perdu. Empty
MessageSujet: Émile Costigan, garçon perdu.   Émile Costigan, garçon perdu. EmptyDim 17 Juin - 8:14

I. IDENTITE.

Prénom(s) & Nom : Émile Beau Costigan
Date de naissance : 25 décembre 2094
Sexe : masculin
Année d'étude : 5ième année

II. PHYSIQUE.

Du haut de son mètre 70, Émile se fait discret par sa menue ossature, soit celle d’un jeune adolescent pas tellement friand des sports et donc pas musclé ou à peu près pas. Émile est mince, très mince, voire à tel point qu’il n’est pas rare qu’il entende sa mère lui faire part de commentaires dans le genre : « Émile! Mange! T’es maigre, on dirait un zombie! » Allez savoir pourquoi elle le compare à un zombie… Peut-être est-ce non seulement à cause de sa maigreur, mais également pour sa peau blanche, parfois si blême qu’on le croirait malade, sans doute est-ce aussi à cause de ses yeux myosotis qui trônent parfois sur des cernes, discrètes mais visibles, et puis ce regard…souvent vide, ou alors perdu, et souvent fuyant, ou à l’inverse, perçant tel la lame d’un katana. Heureusement, ce regard intimidant est en partie masqué par les mèches de sa chevelure mi-longue noire. Pas brun foncé, noir, très noir.

Quant au visage d’Émile, il est de forme ronde. Son nez est long et droit, sa bouche petite dont les lèvres sont modestement charnues et celle du bas est ornée d’un piercing depuis peu. Autre détail, ses mains; grandes, effilées, agiles, les mains d’Émile sont précieuses. Ses mains ne sont pas celles d’un gamin, mais celles d’un pianiste.
Côté vestimentaire, Émile prône le confort, mais également un certain style qui lui est propre. Il porte souvent le même linge, soit ses bottes de cuir brun courtes, qui rappellent un style un peu montagnard. Il les garde toujours ouvertes, mal attachées. Souvent, Émile a une tuque noire sur la tête, qu’il fasse chaud ou froid. Enfin, lorsqu’il n’a pas son uniforme, il opte pour des t-shirts sombres, des chemises à carreaux, des shorts foncés ou des pantalons tout aussi foncés. Lorsqu’en classe, il porte des lunettes. Les siennes sont rectangulaires et le contour est épais et noir.

III. CARACTERE.

Émile est franc, direct, il a du culot. S’il veut quelque chose, il ne se gênera pas pour l’obtenir ou du moins pour tenter sa chance, car le ridicule il ne connaît point, ainsi que l’hésitation trop insistante. Et s’il se croit ridiculisé, il n’hésitera pas à s’en assurer et s’il le faut, il sort les crocs.
Paradoxalement il s’avère également un jeune homme introverti, capable de s’isoler dans un monde bien à lui. Il est doté d’un imaginaire qui déborde dans son comportement de tous les jours. Sorte de Peter Pan moderne, il est à la recherche de la quiétude de son Neverland à lui, mais qui irait de paire avec l’aventure qui surclasse le réel, car le réel est ennuyant.

Artiste souvent incompris, il arrive à Émile de puer le mal-être à des kilomètres à la ronde, mais la plupart du temps il revêt son armure d’indifférence et de petit merdeux.
À la fois sociable et associable, il crée habituellement difficilement des liens de longue durée. Sociable car il n’évite pas les gens ni leur compagnie délibérément, associable car contrairement à plusieurs individus, les conversations sans fond lui lèvent le cœur et il n’hésite pas à les amputer, sans rancune aux futures victimes.
Inconstance. Sur un clavier son cœur bat avec la constance d’un métronome, mais sinon, Émile est du genre changeant, difficile à saisir tel un oiseau sauvage. Il s’emporte par moments facilement, ou à l’inverse se montre impassible, insensible à tout stimuli. Un volcan ambulant qui bouille, qui explose, qui crache, qui dort…

IV. HISTOIRE.

Émile le Débile, 13 ans.

« J’ai faillis mourir hier soir! Encore une fois! J’te jure par moments j’en ai réellement marre de ce gosse…

Lili était assise sur son fauteuil violet délavé dans le salon, une cigarette tachée de rouge à lèvre à la bouche et une bouteille de bière à la main. Elle parlait au téléphone avec une copine, une collègue du restaurant. Émile quant à lui était dans sa chambre, la pièce juste en face du salon et, assis sur son lit, un écouteur sur l’oreille, de l’autre il écoutait la conversation que tenait sa mère.

-Il devait être quoi…trois heures du matin et alors je me réveille en sursaut! J’entendais du bruit qui venait du salon. Et devine c’était quoi!?! Émile! J’en peux plus j’vais le faire brûler ce piano de merde! Et tu sais ce qu’il fait? Il joue même pas non, il appuie sur une note, toujours la même note, il appuie et appuie et appuie et appuie et je de-viens foooolle.

Autiste tu dis? Non j’crois pas, on a déjà consulté pour ça… Non je sais pas ce qu’il a il est… dans sa bulle, il me parle à peine Kim… Depuis que son père est mort on dirait qu’il est sourd et muet par moments et pourtant ca fait 3 ans!

-Je sais, mais…

Je sais, je sais… Mais c’est mon fils, mon seul… je crains mon fils, j’ai l’impression de ne pas le connaître… »

Elle se mit à pleurer à chaudes larmes. Émile se leva et claqua la porte de sa chambre avant de remettre ses écouteurs et s’étendre sur son lit, complètement nu. Il se remplit la tête de Schubert en mimant avec brio les mouvements de ses doigts sur son ventre blême. Il ferme les yeux et monte au ciel en montant une clé de sol.

~


Émile Costigan, 12 ans.

« Je suis Émile, Émile Costigan.
-Émile…c’est français ça, non? Et Costigan?
-C’est irlandais… Alors, je commence quand?
-Ce soir ca te va?
-Oui.
-17h50 tu t’installes, tu commences. Tu as une pause de 15 minutes à 21h45, puis tu continues jusqu’à 23hrs.

-Ok.

Émile se leva, enfonça sa tuque noire sur sa tête, mais avant de sortir du bureau du gérant du restaurant, il se retourna.

-Je passe pas d’audition?
-Ce soir c’est ton audition. Et puis j’ai vu tes mains; tes ongles courts, tes doigts effilés, tes mains matures, grandes. Elles m’ont convaincu. Aller maintenant, file répéter!
-Pas la peine… fit le garçon avant de disparaître dans l’hiver. »

~


Émile…

Émile ne répète plus chez lui depuis 5 ans. Enfin, il répète dans sa tête, les doigts sur son ventre, sur le matelas de son lit, sur son bureau ou alors tout simplement dans son esprit. Il visualise et joue le silence tel un grand pianiste. Et puis il joue une note, il change à chaque nuit et joue la même note, mais en vérité il accorde le piano que son père lui a offert, toujours et encore.
Régulièrement il pose ses doigts sur les claviers dans les magasins et certains propriétaires le payent même pour qu’il fasse des démonstrations. Le toupet dans le vent, l’esprit ne faisant qu’un avec la bête, il se donne corps et âme à la musique. Le piano devient l’instrument de son être entier, Émile ne vit plus qu’à travers l’instrument qu’il touche lors de ces rencontres.

~


Lili Hasegawa, escorte, 32 ans.

Lili rentrait d’une soirée qui avait été payante. Un richissime homme d’affaire, plutôt bel homme, l’avait payée afin qu’elle l’accompagne dans une soirée et qu’elle joue le rôle de sa compagne du moment. Elle avait été charmante. Une vraie vipère, voire même une veuve noire. Sa maîtrise du japonais en avait impressionné plus d’un, sa robe révélatrice avait eut l’effet d’un venin et ses yeux avaient mit le feu à plus d’un cœur.

00h10, elle rentrait à l’appartement et son fils l’attendait, assis dans le fauteuil violet délavé, les bras sur les accoudoirs, les pieds dans le vide, l’air sérieux.

« Maman, j’ai prit une décision.

-Tu veux me voir crever merde! Fit-elle brusquement en portant la main sur son cœur. Elle ouvrit la lumière. Émile, petit Émile, qui la regardait avec toutes ses réserves d’assurance dans ses beaux yeux bleus.

-Je n’irai pas à Poudlard, je vais faire de la musique.

Elle éclata de rire en retirant ses chaussures, puis s’approcha du gamin qui désormais affichait un air mécontent.

-RIS PAS DE MOI! ILS ME PAYENT DÉJÀ, LES GENS, POUR MA MUSIQUE!

-Oh… arrête tes conneries Émile… Tu joues même plus…Émile… elle rit de plus bel. Pauvre Émile, tu t’es perdu dans ta tête mon chou, reviens sur terre! Elle avait trop bu, elle empestait l’alcool et parlait tout près du visage du garçon.
Soudain, elle reprit son sérieux, s’alluma une cigarette.
Tu vas terminer tes études, tu vas commencer ta deuxième année comme tous les autres petits sorciers à la con et tu vas étudier pour les années qui vont suivre. La musique ca te mènera nulle part mon gaillard! T’as qu’à penser à ton père, l’est mort congelé… L’avait pas un sous, l’est aller se foutre dans les poubelles, l’a crevé l’enfoiré… Salopard, M’A LAISSÉE TOUTE SEULE! »

Elle tituba jusqu’à sa chambre, claqua la porte.
Émile s’installa au piano, caressa du bout des doigts les touches jaunies, toutes. Se leva sur le banc, souleva le couvercle du piano et respira l’odeur du bois qui en émana, il le referma, referma aussi le couvercle protecteur des touches et disparu dans sa chambre à son tour. Là il donna un concert incroyable. Mozart, Beethoven, Chopin, Schubert et plus encore. Et tout ça pour le silence, délicieux silence symphonique.

~


Émile le Poète, 14 ans.

Émile comme indélébile.
Je suis une tache sur un parchemin chiffonné. Je suis le cancer sur l’escorte alcoolique, ma mer noire.
Émile comme indélébile.
L’encre d’ébène est une infection qui se répand, douleur, douceur de ce venin qui coule dans mes veines.
Émile comme indélébile.
Tache de naissance.


~


Émile le Sorcier, 11 ans.

« Costigan, Émile.
-Poufsouffle! »

~


Émile le Sorcier, prise 2, 13 ans.

« Écoutez-moi jeune homme, vous avez intérêt à mettre beaucoup plus de cœur à l’ouvrage ou nous nous verrons dans l’obligation de vous recaler, ou tout simplement de vous expulser. Est-ce clair?

-Clair comme la lune.

-La lune?

-La lune. »

~


Émile le Lunatique, toujours.

Émile est né sur la lune. La réalité ne lui suffit pas, il a besoin de voir plus loin, plus haut, plus clair : il a besoin de voir la lune. Il s’est cassé les deux jambes à force de trop souvent vouloir la rejoindre, sa très chère amie.
Il a très peu d’amis, ce n’est pas qu’il n’en veuille pas, mais plutôt que les gens ont souvent du mal à le rejoindre. Et si les gens ne comprennent pas, les gens sont invisibles et inutiles.

~


Émile l’Archivé sur le portable de sa mère, 14 ans.

Citation :
1. Qu’étais-tu en train de faire avant de répondre à ce questionnaire ? Serait-ce un piège?

2. Le prénom que tu aurais aimé porter : Lodewijk. … non mais c’est qu’on s’en fou…

3. Le pire prénom qu’on aurait pu te donner : Beau.

4. Ton travail ou ton métier : musicien.

5. As-tu des frères et sœurs : non j’ai mis un bouchon après avoir passé, pas de risques à prendre…

6. As-tu des tatouages et / ou perçages : oui, pour mieux embrasser évidemment… XD

7. Tes amours se portent bien ? quand on n’existe pas, on est bien?



14. Un cadeau apprécié de la part d’un(e) amoureux(se) : si j’aimais quelqu’un, j’voudrais qu’elle me donne des ailes, des vraies, toutes fraîches pour que je puisse me les mettre dans le dos.

15. Ce qui te met hors de toi : me voir répondre à un questionnaire débile.

16. Le sujet dont tu préfères parler ou débattre : j’ai souvent mieux à faire que parler et débattre, mais j’aime simplement dire ce que je pense.

17. Ce qui te passionne : le vrai.

18. Ton grand problème du moment : un questionnaire débile.



26. Que changerais-tu dans ta vie, si tu pouvais revenir en arrière ? mon père, il serait toujours là.



42. La plus belle chose qu’une personne t’ai dite : …


V. AUTRE.

·Quel Camp : Pour le bien, mais pas de façon engagée.
·Baguette : bois d’ébène, 31 centimètres, contient une plume d’augurey
·Ses rêves et ambitions pour l’avenir : L’avenir ne dépasse que très rarement le présent pour Émile.
Rêves? Constamment et nombreux.
Ambitions? Non.
·Comment avez-vous découvert ce forum ? topsite si j’me souviens bien…
·Comment trouvez-vous le design de ce forum ? Sombre, mais ca va avec l’ambiance. J’aime.
·Comment trouvez vous l'intrigue de ce forum ? Ouf! j’en sais trop rien. Disons que c’est pas pour ça que je me suis inscrit. Cependant je dois dire que 2107, je m’y perds un peu XD… Sinon c’est bien, on sent une menace, quelque chose, bref il ne se passe pas rien et c’est parfait comme ça.
·Avatar : Mr Poser, de BellZ (deviantart)


chocogrenouille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Émile Costigan, garçon perdu.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un marsmallow perdu dans un parc d'attraction[Pv Lise]
» Seul et perdu...
» perdu dans la forêt !
» Je suis un peu Perdu..
» Sandy Farmer. |Sans contrefaçon je suis un garçon ~|| Validée.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEW HOGWARTS. :: HRPG » ((Administration)) :: » REGISTRES DES PERSONNAGES * :: » POUFSOUFFLE *-
Sauter vers: