AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Jill. Poussière d'Or. {Finish}

Aller en bas 
AuteurMessage
Jill Autenberry
+ 4ème année à Poufsouffle +
+ 4ème année à Poufsouffle +
Jill Autenberry

Nombre de messages : 184
Age : 26
Message Perso : : J'ai caché des choses dans ma tête. X)
Date d'inscription : 08/03/2007

Carte d'identité du Personnage
Poste: Elève Poufsouffle.
Camp: Bien
Jill. Poussière d'Or.  {Finish} Empty
MessageSujet: Jill. Poussière d'Or. {Finish}   Jill. Poussière d'Or.  {Finish} EmptyDim 18 Mar - 15:15

JILL - Poussière d'Or.



Identité :

  • Prénom(s) & Nom : Jill, April, Juliet Autenberry.
  • Date de naissance : 22 Décembre 2093.
  • Sexe : Féminin.
  • Année d'études : Troisième Année.

Physique :

  • Cheveux : Jill a des cheveux bruns, plutôt foncés, tout ce qu'il y a de plus banals - comme quasiment toute sa famille, mises à part sa mère et Lili. Ils forment sur tout le pourtour un dégradé plus ou moins soigné. L'aspect général est, en fait, assez destructuré. Les plus longs parviennent aux omoplates environ, remontent sur les côtés juste au niveau des épaules et se terminent en une frange un peu spéciale juste au-dessus des yeux. Tellement proche de ceux-ci d'ailleurs, que l'on ne peut que se demander comment la jeune fille fait pour y voir clair. Mais Jill aime que sa crinière plutôt épaisse et volumineuse cache son front et ses sourcils. Elle ne repousse quasiment jamais ses mèches derrière ses oreilles. De toutes façons, il paraît que ça les décolle. La troisième année ne s'attache les cheveux que lorsque c'est absolument nécessaire, c'est à dire quand elle a besoin de voir clairement son archet et ses doigts pressant les cordes de son violon. Comparez un petit désagrément ésthétique à un moment de bonheur pur : le choix est vite fait. D'autre part, la chevelure de la jeune fille se termine un peu étrangement par de larges boucles, alors que l'ensemble est complètement lisse.

  • Yeux & Regard : Jill aime ses yeux. Ils sont, s'il faut absolument les qualifier, étranges. Prenants. Félins. Oui, félins. Car en premier lieu, la vue de l'adolescente est absolument parfaite. Elle montre même quelques capacités à distinguer des choses dans le noir, sans compter que son champ de vision porte extrêmement loin et est très développé sur les côtés. Le deuxième facteur qui fait ressembler les iris de Jill à ceux d'un chat, ce sont leur forme et leur couleur. Etirés, immenses, en amande, ils ne peuvent qu'attirer l'attention ; en plus de ça, ils sont d'un marron caramel intense moucheté d'or et d'on ne sait trop quoi. Le mélange est absolument sublime, et au-delà de l'originalité. Pas besoin de préciser que la jeune fille en est vraiment fière. Ils sont vifs, et traversés d'une lueur qui exprime sans cesse l'insatiabilité. Toujours plus. Toujours mieux. Ces deux joyaux sont ornés de cils courts mais très nombreux, du même châtain que les cheveux de la troisième année. Elle ne se maquille quasiment jamais. Pas l'envie, pas le temps. Et, au diable la modestie pour une fois, Jill a l'impression qu'un quelconque « peinturlurage » ne saurait que desservir son regard.

  • Visage, Expression & Couleur de Peau : Il faut bien l'avouer. Honnêtement, Jill est plutôt jolie. Son visage est banal, certes, mais très harmonieux, et ses traits sont fins - tout comme ceux de sa mère. L'adolescente a quelques petits défauts qui lui empêchent d'accéder au statut de « superbe jeune fille ». Tout d'abord, son nez est un peu trop long, et légèrement épaté ; et puis son menton est un peu fuyant, et sa bouche légèrement trop fine. Enfin apparaissent, l'été, sur sa peau laiteuse, quelques taches de rousseur qu'elle a en horreur. Il y a d'autres détails qui l'horripilent chez elle. Ses oreilles, pas trop décollées, mais un peu différentes - sur le pli du pourtour - , fait dont résulte une petite inégalité. Cela dit, il faut regarder attentivement pour s'en rendre compte. D'autre part, Jill déteste son front, trop large et bombé à son goût, et ses sourcils à l'arrondi excessivement accentué. Tout cela est caché par des cheveux épais et plus ou moins en bataille. La troisième année n'a pas encore d'acné, et son teint est frais et pâle. Pas maladif non plus. c'est naturel, chez elle. Son visage est adouci par des contours ronds et des joues pleines. La jeune fille est très expressive, et il se dégage toujours de sa personne une impression à la fois de sensibilité très forte et de combativité impressionante.

  • Taille : Jill est grande pour son âge. Elle mesure 1m63.

  • Corpulence : La jeune fille a tendance à s'épaissir légèrement. Elle a un peu de poids en trop, et pèse 56 kilos.

  • Signe particulier : Jill a, comme la plupart des filles de son âge, les oreilles percées ; mais il se trouve qu'elle a deux trous au lobe gauche. Généralement, les bijoux qu'elle porte à cet endroit caché par des mèches de cheveux ne se voient que lorsqu'ils parviennent à capter la lumière.

Caractère :

  • Qualités : La jeune fille est, tout d'abord, d'un naturel particulièrement enjoué et positif. Pour elle, la véritable force, c'est de savoir foncer droit devant sans se retourner. C'est une vraie battante, elle déborde d'énergie et de bonne volonté. De plus, elle est très sociable et naturellement sympathique. Mais elle n'est pas non plus ce qu'on appelle communément une « bonne poire ». Jill aime faire plaisir aux autres, et elle est du genre généreuse et partageuse. C'est sans aucun doute une qualité : la troisième année est une véritable rêveuse. Très observatrice et émotive, elle perçoit son environnement et ses propres sensations avec force et intensité, ce qui lui permet de ne faire presque qu'un avec ce qui l'entoure. Pour elle, la Beauté - avec un « B » majuscule, la Beauté en général - est très importante et fondamentale pour comprendre et s'émerveiller sur le monde. Elle a sa propre originalité, est démonstrative, et ainsi se moque totalement du regard des autres. Enfin, l'adolescente est perfectionniste. Voire opiniâtre. Elle ne lâche pas l'affaire avant d'avoir obtenu ce qu'elle désirait d'elle-même.

  • Défauts : Jill a trop tendance à faire semblant. Objectivement, de son point de vue à elle, c'est un gros défaut. Mais cette contradiction est compréhensible : la jeune fille ne veut pas blesser les autres, ni même laisser paraître une quelconque tristesse. Non qu'elle passe ses journées à sauter sur place en hurlant qu'elle est joyeuse. Cependant, elle estime que les gens n'ont pas à supporter pour elle un quelconque mal-être, se sentir moins bien à cause de ses faiblesses à elle. La troisième année est également un peu trop gourmande. Beaucoup, même. Pour du chocolat de chez Honeydukes, qui sait ce qu'elle serait capable de faire... Jill parle trop, aussi, souvent pour ne rien dire d'ailleurs. Elle aime beaucoup le bavardage en lui-même et ça lui attire souvent quelques ennuis. De plus, elle est rancunière à un point inimaginable. Vous pouvez être sûr que quiconque lui fait du mal ne restera pas inpuni. Mais, en ce qui concerne cette facette de sa personnalité, elle verse trop dans l'excès. Elle n'accomplirait pas réellement d'horribles choses rien que pour se venger. Cela dit, elle garde toujours trace de ces affronts dans un coin de son cerveau. Et ne les oublie pas.

  • Ce qu’il aime et ses passions : Jill aime avant tout jouer du violon. C'est plus qu'un passe temps. Il s'agit d'une véritable passion qu'elle nourrit depuis son plus jeune âge - cinq ans. La première fois qu'elle a eu un instrument de ce type, elle n'a pu s'empêcher de le caresser longuement du regard sans oser le toucher. Emerveillée. L'adolescente est d'ailleurs excessivement douée pour la musique. C'est à peu près la seule chose qu'elle parvienne à faire de ses mains, car elle est un bon exemple de ce qu'on appelle une vraie gourde. C'est déjà un miracle que l'archet ne lui tombe pas des mains dès qu'elle commence à jouer. Cela dit, elle s'intéresse à d'autres choses, telles que le théâtre par exemple. Le fait que l'on puisse se fabriquer de toutes pièces un masque fictif, est quelque chose qui l'a toujours impressionnée. La jeune fille est littéralement amoureuse du chocolat. Pour elle, c'est une malédiction. Mais bon, comment s'en passer ? Un peu de douceur dans ce monde de brutes.

  • Ce qu’il déteste et ses phobies : Une phobie ? Le sport ! Plus sérieusement, la troisième année a toujours détesté cette activité. Quelle horreur, mon Dieu, quelle horreur. La seule forme de torture physique qu'elle accepte de pratiquer, c'est la course. Moins stupide que certains jeux tels que le Quidditch - Chienchien, cours après la baballe ! Cependant, l'adolescente assiste toujours aux matches qui concernent sa Maison. Il faut bien se serrer les coudes, et puis l'ambiance des gradins lui plaît. Certes, les étudiants de Poudlard ont l'air d'être une belle brochette d'idiots, alignés en rang d'oignon et à brandir le poing en hurlant des encouragements et des insultes, mais... Au moins, c'est joyeux. D'autre part, Jill n'aime pas du tout travailler. Elle le fait, un minimum, parce qu'il le faut bien... Elle parvient à se maintenir à un « assez bon » niveau global. Grâce à sa volonté de fer. Mais il faut bien avouer que celle-ci chancelle un peu parfois devant un bon gros devoir de Potions...

  • Tic : //


Dernière édition par le Mer 21 Mar - 16:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jill Autenberry
+ 4ème année à Poufsouffle +
+ 4ème année à Poufsouffle +
Jill Autenberry

Nombre de messages : 184
Age : 26
Message Perso : : J'ai caché des choses dans ma tête. X)
Date d'inscription : 08/03/2007

Carte d'identité du Personnage
Poste: Elève Poufsouffle.
Camp: Bien
Jill. Poussière d'Or.  {Finish} Empty
MessageSujet: Re: Jill. Poussière d'Or. {Finish}   Jill. Poussière d'Or.  {Finish} EmptyMar 20 Mar - 21:39

Histoire :

  • Origine / Nationalité / Ascendance (sang) : Londres / Anglaise / Sang Pur.
  • Lieu d'habitation :

    • Localisation géographique : Londres, Angleterre.
    • Style d'habitation : Manoir familial.

  • Enfance et scolarité avant école de magie :

    Fille illégitime. Enfant non voulue. Voilà ce qu'était la petite Jill Barton. Le nom de sa mère, bien sûr, puisque son salaud et riche de père n'avait pas voulu d'elle. Tu parles ! Sa femme y aurait peut-être, en effet, trouvé à redire. D'autant que cette dernière faisait en permanence de sac à bébé. Elle accouchait, et hop ! Le suivant était en route. Linn aimait à penser que les mauvaises herbes étaient envahissantes, on n'y pouvait rien. Elle avait à peine dix-neuf ans, la nuit de la naissance de sa petite Jill. Une gamine à peine sortie de l'adolescence, à peine éclose de la coquille rassurante qu'avait été Poudlard pendant sept longues années. Et voilà qu'elle se retrouvait avec un bébé sur les bras. Elle l'aimait, bien sûr, de tout son coeur de jeune femme immature. Mais il fallait voir la réalité en face : elle était loin d'avoir la mentalité pour s'en occuper. Et la rancoeur qu'elle passait son temps à essayer de rentrer, cette colère sourde contre James, qui l'avait lâchement abandonnée. Une rage qui venait lui cogner aux oreilles quand elle essayait enfin d'être heureuse et de lâcher prise, d'effacer ou d'atténuer cette période de sa courte vie. Rien à faire. Les fantômes revenaient toujours, elle commença à harceler son ancien amant lorsque Jill eut quatre ans. Il l'envoyait sans cesse balader. Tu parles. Linn devenait dépressive, elle ne sortait plus que pour aller chercher celle qui commençait à devenir un fardeau à l'école. Elle ressemblait trop à son père, c'était insoutenable, insurmontable. Combien de fois elle voulut la placer dans un foyer. Et s'enfuir, le plus loin possible. Car elle aussi était lâche, et égoïste. Et elle en était pertinemment consciente.

    Un beau matin, sans prévenir, la jeune femme déposa Jill devant la porte du manoir des Autenberry. Il était à peine sept heures, et un soleil pâlot se pointait timidement à l'horizon, derrière les grands pins du parc. Elle sonna. Lorsqu'elle entendit des pas dans le couloir de l'entrée, elle se pencha, et embrassa sa fille sur le front.


    Linn - « Mon amour. Ne t'inquiète pas. Maman viendra te rechercher bientôt. Très bientôt. Mais il faut que tu restes un peu ici quelques jours, hum ? Chez ton papa. »

    Un cliquetis. On ouvrait la porte. Linn contempla un instant la gamine encore blonde en raison de son jeune âge. Ses cheveux fins voletaient dans l'air frais de l'aube, et ses grands yeux mouchetés d'or étaient écarquillés et soulignés de cernes à cause du lever matinale. La Sorcière ne put retenir une larme. Puis, elle courut vers sa voiture, et démarra précipitemment, sans se retourner. Ce n'était pas le moment de regretter.

    Bien entendu, les Autenberry n'eurent pas d'autre choix que de garder la petite. De toute façon, un de plus, un de moins... Il s'installa entre les deux époux comme un silence perpétuel, un accord tacite pour « ne pas en parler ». Mrs. Autenberry n'était pas folle. Ni idiote. Mais pouvait-elle vraiment laisser tomber un enfant qui n'était pour rien dans toute cette sombre histoire ? Non. Elle n'ignorait rien, par ailleurs, des quelques infidélités de son mari. Elle décida de prendre sur elle. Là où ce fut plus difficile, c'était au niveau de la fratrie. Les membres de la famille avaient en effet du mal à accepter que leur père ait trompé leur mère, et qu'en plus on leur impose la progéniture indigne. Jill se sentait seule, au début. Très seule. Mais les choses s'arrangèrent avec le temps, et, plusieurs années plus tard, c'était presque comme si elle était leur soeur à part entière. Presque.


  • Scolarité à Poudlard ou autre école de magie :

    Jill se souvenait. Elle se rappelait, précisément, avec nostalgie. Tout ça. La première arrivée du train, rouge vif, dans la brume de la matinée. La Cérémonie de Réprtition. Le Choixpeau. Les escaliers. Les frayeurs : Touffu. Ce qui avait commencé seulement quelques années auparavant. Seulement trois ans. Elle avait l'impression d'avoir passé toute sa vie à Poudlard. Non qu'elle aie trouvé le temps long. Simplement, elle n'imaginait pas avoir pu exister normalement en dehors de cette école. Pour elle, c'était devenu son chez-elle. Son dortoir, ses amis, elle y était habituée. Ses professeurs, moins - mais s'habitue-t-on jamais à des adultes qui ne vivent que pour vous coller un peu de boulot en plus sur le dos ? Parfois, oui, parfois, l'adolescente avait l'impression de tourner en rond, comme un lion en cage. On ne peut pas toujours être de très bonne humeur. Mais, dans ces cas-là, elle sortait son violon. Il était bien caché, enfermé dans un écrin de chêne sombre, sous son lit à baldaquin. Quiconque y aurait touché aurait été décapité. Jill en jouait souvent. Elle avait l'impression de voler. De toucher le ciel, de courir parmi les nuages. Et lorsqu'elle voyait un petit ange, elle n'oubliait pas de le saluer de la main. D'ailleurs, la jeune fille était merveilleusement douée pour cet instrument. On aurait dit qu'elle sortait tout ce qu'elle avait au fond d'elle-même, joie, tristesse, rancoeur, qu'elle s'offrait toute entière aux autres. A ceux qui l'écoutaient. D'ailleurs, une élève de son dortoir, lui avait dit un jour :

    Kate - « Comment dire. Dans la vie de tous les jours, tu es aussi normale que moi. Mais quand tu sors ton violon... Tu te transformes en je ne sais pas trop quoi de fantastique. Ta musique, c'est comme de la poussière d'or. »

  • Famille :

    (Superbe) Texte écrit par Emily Autenberry.


    Lili - « Je suis seule aujourd’hui. »

    Une jeune femme aux cheveux blonds platine s’approche de vous, ses yeux bleus - tel un océan de beauté - sont immense, ils vous fixent avec attention mais finissent par lâcher prise. Vous vous sentez rassurer de ne plus avoir le regard de cette demoiselle sur vous mais ce n’est pas fini.

    Lili - « Il n’y a personne à la maison, comme vous le voyez. »

    Vous acquiescez d’un bref signe de tête et la jeune femme s’assoit en face de vous. Elle vous sert un verre de vous ne savez quoi, vous le prenez par politesse, mais vous n’allez pas le boire. La blonde saisit un paquet de cigarette bien caché dans la commode à quelques centimètres d’elle. Elle vérifie si personne ne vient (elle tourne la tête de droite à gauche en scrutant toute la pièce, c’est donc logique) et l’allume à l’aide d’un briquet. Pendant un instant, elle fixe le sol de ses grands yeux, vous remarquez que ses yeux brillent légèrement et qu’elle livre un combat acharné contre les larmes. Elle relève cependant la tête et c’est vous maintenant qu’elle regarde. Elle vous dénude en un regard.

    Lili - « Je m’appelle Lili. Enfin, Emily, mais on ne m’a jamais appelée par mon prénom. Je ne l’aime pas de toute façon. Il y’a une semaine, mon grand frère est mort. En ce moment même ma famille assiste à son enterrement et moi je viens de m’y enfuir. Je me rends compte à quel point tout se que je fais depuis des années est complètement fou. Je vais commencer par le commencement – ce serra plus simple – de toute façon vous avez du temps à tué vous aussi. Là-bas, sur le tableau immense au fond de la pièce, c’est mon père. Il a été baptisé Lord Autenberry il y’a quatre ans. Je suis ce que l’on appelle une gosse de riche, mais je ne m’en plaint pas. Donc, cet homme-là est né à Londres il y’a 47 ans. Il a grandi dans le même manoir que celui dans lequel nous avons poser nos fesses, il est aller à Poudlard – comme tout le monde – et s’est trouvé une adorable femme qui est ma mère. Ma mère à 46 ans et est née à Oxford, mais cette dame que j’aime de tout mon cœur n’a pas un rôle très important dans l’histoire de ma famille, à part qu’elle n’a fait que pondre des gosses pendant une dizaine d’années. Ensemble, ils ont conçu Gabriel… Qui s’est éteint 21 ans plus tard, donc, il y’a une semaine. Mais nous ne sommes pas encore au stade de sa mort. Ce fut le premier enfant du couple Autenberry et ce fut aussi le premier déshonneur de la famille selon mon vieux con de père, tout simplement parce qu’il est aller à Serpentard alors que tous les autres se faisaient repartir à Gryffondor ou Poufsouffle. Moi j’étais admirative de mon grand frère, je l’aimais plus que je n’aimais les autres, il était mon confident, mon exemple, ma vie et nous étions très complice. Le seul soucis étant qu’il n’était pas très social, il à toujours fuit la compagnie des autres… Il était beau garçon, très beau garçon, il aurait pu sortir avec toutes les filles de Poudlard en claquant des doigts mais la seule qu’il a embrassé ce fut… Moi. C’était il y’a deux ans. Je ne sais pas comment, mais il savait qu’il allait mourir jeune, alors il m’a donné un petit carton et m’a demandé de l’ouvrir le jour de sa mort et pas avant. »

    Lili s’arrête, se lève, comme un pantin et cherche dans un des tiroirs de la commode. Elle en sort un petit carton et le pose sur la table qui vous sépare d’elle. Vous regardez avec elle cette étrange boîte. La jeune femme s’allume encore une cigarette.

    Lili - « Je ne l’ai pas encore ouverte. Je verrais si j’en ai le courage plus tard. Poursuivons, Gabriel aimé aussi la musique plus que sa propre vie, il joué de la guitare et chanté. C’est d’ailleurs cela la particularité de la famille, tout le monde joue d’un instrument. Gabriel à grandi et est devenu un grand… Ange de la mort. Mes parents ne voulaient plus le voir, ils racontaient n’importe quoi à mes frères et sœurs pour que toute la famille le déteste. Ils me donnaient envie de vomir. Je le voyais en cachette avec deux de mes sœurs : Stefany et Kaitlyn. Jusqu’à sa mort. Il s’est fait tué par un Auror. Je ne sais plus où mettre la tête, si je dois haïr le bien d’avoir réduit à néant MON mal. Si je dois en vouloir au mal de n’avoir pas été du côté du bien. Je ne sais pas. Je ne sais plus. »

    Elle boit cul sec le verre de ‘vous ne savez quoi’ en face de vous et que bien sûr, vous ne vouliez pas boire. Emily reprend une cigarette.

    Lili - « Passons maintenant à Seth. C’est le second enfant du couple Autenberry, vous savez, mes vieux. Seth est un garçon adorable, que j’aime vraiment… Hum. Passons outre les sentiments. Seth est aller à Gryffondor, nous nous parlions peu pendant un moment jusqu’à-ce qu’un jour de Décembre nous ‘lie’ totalement. Je discuter avec l’une de mes sœurs, Stefany et je ne sais plus trop pour qu’elle raison, nous nous étions pris la tête, alors elle m’a attrapée par la nuque et nous avons mis en place un ‘pari’. Au début c’était pour rire, nous ne voulions pas que tout cela dérape en… En inceste total mais c’était trop tard. Dés que nous avons commencer à mettre en place ce pari idiot, nous ne pouvions plus reculé. Le but était de séduire l’un de nos frères et… De sortir avec. Stefany a choisi son faux jumeau, et moi j’ai choisi Seth. Je ne voulais pas que Gabriel subisse les conneries de mon âge et surtout je ne voulais pas baisser dans son estime. Je n’étais plus la même fille. J’ai séduit mon frère, je le connaissais presque aussi mal qu’un inconnu, avant ce foutu pari il n’était qu’un étranger pour moi. Nous nous connaissions à peine. Ca à marcher pour Stef aussi, elle est sortie avec son propre jumeau. Je ne veux pas vous faire de faux espoir en vous garantissant que ça n’a durer qu’une soirée, ou qu’une journée ou au pire une semaine… Parce que ça fait un an que ça dur. C’est chaud hein ? Je suis amoureuse de mon propre frère… »

    Lili est soudain prise d’une certaine envie de rire. Elle vous regarde, vous sentez qu’elle est atteinte d’une certaine folie d’un coup. N’ayez pas peur. La jeune femme reprend encore une cigarette, elle à embaumer la pièce de l’odeur de clope, et elle à fait de vos poumons un véritable cendrier.

    Lili - « Ensuite, théoriquement, il y’a moi. Emily Audrey Angel Kate Autenberry. La ‘Calamity Jane’ de la famille je suppose. Je dois avoir tout se dont une fille rêve vous ne croyez pas ? Des cheveux blonds, des yeux bleus, je suis grande, fine et j’ai fait du mannequina. Si seulement toute ces pétasses qui m’adule pouvait être à ma place ! Elle serait tout d’un coup totalement déçue. Je suis vue comme la copine parfaite, la femme parfaite (je parle de celle qui fait la vaisselle, qui vide les poubelles et ferme sa gueule pendant que son mari boit une bierreaubeurre devant un match de Quidditch) mais je ne suis pas ça. J’ai fait un peu de Piano sur l’instrument à ma sœur Kaitlyn, mais sinon je n’ai presque jamais fait de musique ! Mes parents étaient désespérés, il croyait que j’allais devenir l’objet de plaisir de base et non pas la femme artiste et jalousée qu’il voulait que je devienne. Moi je chante. Je chante et c’est tout. Mon petit ami est mon propre frère, c’est à peine si je connais mes autres frères, mes autres sœurs. Celui que je connaissais sur le bout des doigts, c’était Gabriel. Maintenant il y’a Stefany que je connais parfaitement… Mais depuis combien de temps ? Je suis à Gryffondor, en Septième année. Mon rêve le plus cher est sans doute de devenir journaliste pour un magazine ‘cucu la praline’ où j’écrirais des tonnes et des tonnes de lignes de blabla pour que toute les jeunes sorcières du monde entier puisse s’habiller comme des péta… »

    Silence. Emily s’arrête. Elle regarde la prochaine cigarette qu’elle va s’allumée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jill Autenberry
+ 4ème année à Poufsouffle +
+ 4ème année à Poufsouffle +
Jill Autenberry

Nombre de messages : 184
Age : 26
Message Perso : : J'ai caché des choses dans ma tête. X)
Date d'inscription : 08/03/2007

Carte d'identité du Personnage
Poste: Elève Poufsouffle.
Camp: Bien
Jill. Poussière d'Or.  {Finish} Empty
MessageSujet: Re: Jill. Poussière d'Or. {Finish}   Jill. Poussière d'Or.  {Finish} EmptyMer 21 Mar - 16:08

    Lili - « Je m’emporte, pardonnez-moi. Je ne préfère pas en dire plus sur moi, je crois que vous en savez assez. Reprenons, j’ai une cousine du même âge que moi, qui est dans la même maison que moi et qui par conséquent, partage le même dortoir que moi. Nous sommes très complice mais il y’a des moments où j’ai du mal à me la sentir. Mais je suis spéciale aussi, ce n’est sûrement pas de sa faute. Ce doit être parce que nous nous voyons presque tout les jours hormis pendant les vacances. Elle a une soeur, tout aussi adorable, qui est donc elle aussi ma cousine. Après, il y’a Stefany et Alexandre, son frère jumeau tous deux à Gryffondor. Stef est comme ma meilleure amie, Alex est comme mon meilleur ami. Ils sont l’un des plus beaux cadeaux qu’on ne m’est jamais offert. Stef joue de la guitare depuis toute petite, elle est très douée et je l’accompagne très souvent au chant. Je lui ai d’ailleurs appris pas mal de choses et maintenant elle se débrouille presque mieux que moi pour chanter. Ensuite vient Kaitlyn, 15 ans et elle aussi à Gryffondor, je l’aime fort, elle joue du piano comme personne et sait me faire pleurer en deux petites secondes en jouant. J’ai pratiqué cet instrument avec elle pendant un moment mais j’ai vite stoppé… Je préférais écouter Kait. Elle a un grand talent vous savez. J’ai un autre frère à Poufsouffle, il a 14 ans, une demie sœur (oui DEMIE soeur, mon père à tromper ma mère plusieurs fois...) qui est dans la même maison mais qui a un ans de moins. Deux jumeaux de douze aussi, Oswald et Jamie, je les aimes tellement… Et Stella, ma petite Stella. La plus petite de toutes mes sœurs, 11 ans et déjà une véritable beauté. Je ne sais pas si je survivrais si un malheur arrivait à l’un de mes frères et sœurs. Je tiens à eux et je pourrais même donner ma vie pour leurs bouilles. Je ne leur ai jamais dit, parce que je ne veux pas qu’ils le sachent, je ne veux pas qu’ils me montrent qu’ils m’aiment parce que je me prépare au pire chaque jour. Si je meurs demain je ne veux pas qu’ils pleurent, je ne veux pas qu’ils souffrent, je veux qu’ils vivent avec le sourire aux lèvres. Et puis tout ses souvenirs… »

    Lili se lève devant vos yeux, elle à toujours sa clope à la main et le cendrier est presque rempli à ras bord. Le carton est toujours sur la table. La jeune femme traîne ses petits pieds et s’installe face à la fenêtre, ses grands yeux bleus scrutent avec attention ce qu’il se passe dehors. Vous constatez qu’il pleut beaucoup.

    Lili - « Quand je vois le ciel ainsi, je me dis qu’il n’y a pas que ma famille et moi qui pleurons la mort de Gabriel. Même si mes parents lui en voulaient, on ne peut pas oublier un fils comme lui, on ne peu pas être indifférent face à ce drame. Imaginez… Perdre un enfant. »

    Silence.

    Lili - « Pour changer de sujet, nous sommes partis au Japon il y’a trois ans. J’en ris encore… Tout le monde avait l’air si heureux… Il n’y avait pas toute cette histoire d’inceste, Gabriel semblait plus social que d’habitude, nous passions notre temps à rire et à rêvasser tous ensemble. On est aussi parti surfer il y’a deux ans ! Ce sont les seuls voyages qu’on a fait ensemble mais ce qui est sur ce que je m’en souviendrais toute ma putain de vie… Oui, ma vie n’est qu’une putain. Mais vous savez quoi ? C’est moi qui la baise. »

    Pour la première fois depuis que vous êtes là, Lili à un sourire sincère. Vous faites semblant de ne pas remarquer la petite larme qui perle sur sa joue droite, de toute façon, elle à déjà disparue grâce à la manche de la jeune femme. Il y’a un long silence puis Emily se rapproche de la table et saisit le carton. Elle le regarde pendant un interminable moment, vous êtes aussi impatient qu’elle de l’ouvrir, mais vous avez aussi peur… C’est bien ça le problème. Sans un mot, Lili ouvre le paquet, ses mains blanches tremblent. La jeune femme plonge la main dans le carton une fois ouvert, votre cœur bat à en déchirer votre cage thoracique, elle en ressort une… Une… Une cassette ? Ce n’est pas un appareil moldu à la base ? Lili vous regarde, ses beaux yeux bleus sont déjà humides.

    Lili - « Gabriel et moi nous écoutions souvent de la musique moldu avec un appareil spécial qui fonctionne avec des piles pour lire ce genre de cassette. C’est peut-être un morceau des Beatles ou je ne sais quoi… »

    La voix de Lili traduit une certaine angoisse, vous regardez la scène, votre cœur bat toujours aussi fort. Emily ouvre un placard tout au fond de la pièce et en sort un lecteur de cassette audio. Elle le met sur la table où le carton était auparavant posé et insère la cassette à l’intérieur. Vous retenez votre souffle. Elle appuie sur play.

    Une mélodie commence… Une voix retentie, vous comprenez que c’est la voix de Gabriel. Dés la première phrase, Lili se met à fondre en larmes, elle mort désespérément sa main pour ne pas hurler.



    « Lili, take another walk out of your fake world
    Please put all the drugs out of your hand
    You'll see that you can breath without not back up
    Some much stuff you got to understand

    For every step in any walk
    Any town of any thaught
    I'll be your guide

    For every street of any scene
    Any place you've never been
    I'll be your guide

    Lili, you know there's still a place for people like us
    The same blood runs in every hand
    You see its not the wings that makes the angel
    Just have to move the bats out of your head

    For every step in any walk
    Any town of any thaught
    I'll be your guide

    For every street of any scene
    Any place you've never been
    I'll be your guide

    Lili, easy as a kiss we'll find an answer
    Put all your fears back in the shade
    Don't become a ghost without no colour
    Cause you're the best paint life ever made »


    On entend des bruits de pas dans l’appartement. La chanson se termine, une dizaine de voix appelle « Lili » en cœur. La jeune femme ne répond pas, elle relève à peine la tête et vous regarde d’un regard qui vous glace le sang.

    Lili - « Ouais, la vie est une putain… Et c’est elle qui me baise. »


Baguette :

  • Description : C'est une baguette en bois d'Aulne, contenant un crin de Licorne. Elle mesure 30 centimètres exactement.
  • Son acquisition : Chez Ollivander's.

Autre :

  • Si vous entrez en septième année, avez-vous le permis de transplaner ? //
  • Quel camp : Bien.
  • Ses rêves et ambitions pour l’avenir : Etant donné qu'elle est encore jeune, Jill est très indécise. Mais elle aimerait, pourquoi pas, devenir une violoniste renommée.

Question subsidiaire :

  • Comment avez-vous découvert ce forum ? J'y étais déjà. =)
  • Comment trouvez vous le désign' de ce forum ? :wub:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Jill. Poussière d'Or.  {Finish} Empty
MessageSujet: Re: Jill. Poussière d'Or. {Finish}   Jill. Poussière d'Or.  {Finish} Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Jill. Poussière d'Or. {Finish}
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Heartbreaker version girl [Finish]
» Poussière d'Etoiles A finir [MANQUE KIT]
» ...and you finish off as an orgasm. ? (camel)
» Fragile poussière d'espoir. [Pv Sai & Elena]
» Poussière de Lune (le retour)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
NEW HOGWARTS. :: HRPG » ((Administration)) :: » REGISTRES DES PERSONNAGES * :: » POUFSOUFFLE *-
Sauter vers: